Menu



Sillon de Talbert


Situé à l'extrême nord de la Presqu'île Sauvage, sur la commune de Pleubian, le Sillon de Talbert est un cordon de sable et de galets d'environ trois kilomètres qui s'enfonce dans la mer. Agissant comme un brise-lame, il influe sur les courants marins et protège ainsi les rivages de la Presqu'île et de l'île de Bréhat.

Outre son influence sur les courants marins, le Sillon de Talbert offre des milieux propices à accueillir une faune et une flore des plus variées. Lors de la marée descendante, vous pourrez vous amuser à observer sur l'estran (partie découverte à marée basse) plusieurs limicoles (gravelots, pluviers, bécasseaux, tourne-pierres, etc.) aller et venir à grande vitesse pour suivre le mouvement des vagues et se délecter de leur pêche. 

Le long des dunes, vous pourrez écouter avec délice les pipits maritimes et les alouettes ou bien suivre le vol bruyant des huîtriers-pie et des courlis. Les fonds marins environnants permettent aux algues de prospérer à différents niveaux de profondeur.

Coefficient de marée élevé et tempête sont un cocktail puissant qui vous permettront d'observer algues brunes, rouges et vertes détachées des fonds et échouées sur la grève.

Etymologie : breton tal et berg, 'front contre la mer'.



Intérêts écologiques


Flore

Le sillon de Talbert présente un intérêt botanique important : il est classé Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF) pour son grand intérêt biologique ou écologique. Autrefois couvert de chou marin (Cambre maritima), il formait un des plus beaux peuplements de cette espèce aujourd'hui protégée. D'autres espèces telle le chardon bleu (Eryngium maritimum), également protégée, sont menacées de disparition sur le sillon. On peut distinguer deux grands types de végétation, la végétation dunaire de l'entrée du sillon et la végétation de la levée de galets proprement dite d'autre part. Depuis 40 ans, 80 % de la végétation spécifique de la dune a disparu, en grande partie à cause du piétinement du public. 


Faune

L'intérêt ornithologique du Sillon de Talbert est depuis longtemps reconnu. Il accueille un des deux sites de nidification de la sterne naine (Sterna albifrons) en Bretagne, qui vient nidifier sur le sillon depuis 1982. La Sterne naine, oiseau migrateur, est le plus petit oiseau marin après le Pétrel tempête et également l'un des plus rares. Elle a la particularité de faire son nid à même le sol sur le sable ou les galets : une forte fréquentation de touristes ou le flot lorsque le niveau de hautes mers est particulièrement élevé peut détruire les couvées. La sterne pierregarin (Sterna hirundo) est également présente sur le sillon de Talbert, ainsi que le grand gravelot (Charadrius hiaticula) ou le gravelot à collier interrompu (Charadrius alexandrinus). On trouve encore des passereaux tels la linotte mélodieuse (Carduelis cannabina), le pipit maritime (Anthus spinoletta), l'alouette des champs (Alauda arvensis), le traquet motteux (Oenanthe oenanthe) ainsi que de nombreuses espèces hivernantes et migratrices (bernache cravant, courlis cendré, huîtrier pie…) qui trouvent ici une aire de repos et à proximité des vasières.